19 mai 2020

Mot de Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal

 

Depuis deux mois, nous traversons tous et toutes une tempête. Chaque jour amène son lot d’émotions. Plusieurs ont perdu leur gagne-pain, certain.e.s vivent la solitude ou la détresse, d’autres ont malheureusement perdu un proche. Cette crise nous rappelle la fragilité de l’humain, mais également sa force et sa générosité. Des artistes se sont organisés rapidement pour offrir des prestations à travers les ruelles ou devant les balcons pour faire sourire et apaiser leurs voisins. Des amoureux des arts ont transformé l’achat de leurs billets de spectacles, d’événements ou de festivals en dons. Des professionnel.le.s expérimenté.e.s des arts ont offert leur temps et leur talent pour donner un coup de pouce aux organismes paralysés par les effets de la crise. 

 

La pandémie nous a pris.e.s par surprise, mais a aussi généré des propositions spontanées motivées par le désir de faire le bien et de faire mieux. C’est avec cet élan que toute l’équipe du Conseil des arts de Montréal travaille depuis le jour 1. Rapidement, nous avons réalisé que nous devions fournir une réponse bienveillante et concertée devant l’ampleur de la crise dans le milieu artistique montréalais. Les trois conseils des arts se sont coordonnés pour verser le plus tôt possible des subventions aux artistes, collectifs et organismes. De notre côté, 76 % des subventions prévues en 2020 ont été versées.  

 

Le président du Conseil, Jan-Fryderyk, le souligne bien : il est crucial de rester bien en phase avec les besoins du milieu. C’est pourquoi à la fin du mois de mars, toute notre équipe s’est mobilisée pour que l’on puisse avoir des conversations d’humain à humain afin de prendre le pouls de la situation du milieu (sonder le moral et les besoins, obtenir des idées de mesures et d’actions à entreprendre). Nous avons réalisé plus de 300 appels téléphoniques avec les travailleur.euse.s culturel.le.s et artistes. Nous avons également tenu en avril dernier une rencontre avec les regroupements et les associations professionnelles appuyés par le Conseil (un texte plus bas résume les enjeux définis lors de ces échanges éclairants). Je remercie d’ailleurs les représentants de toutes ces organisations qui nous ont accordé du temps. 

 

La route sera longue et nous continuons à travailler pour vous parce que nous savons combien cette crise nécessitera du temps pour rebâtir le milieu artistique montréalais.

 

Le CAM vous accompagnera au meilleur de sa capacité. 

 

Bon courage à tous et à toutes! 


 

Nathalie Maillé